Une incompétence qui a fait beaucoup de mal.

On peut tous rencontrer des difficultés dans la vie, et pour pouvoir les surmonter il faut avoir la chance de s’adresser aux bonnes personnes.

Imaginez, vous êtes déjà angoissés, fragilisés et dépassés par une situation à laquelle vous ne trouvez pas de solutions, et les propositions qui vous sont faites relèvent plus d’une sentence que d’un accompagnement.

Voici la situation. Votre propriétaire privé, vous demande de quitter votre logement parce qu’il décide du jour au lendemain de récupérer son bien. Vous ne savez pas comment faire, vous méconnaissez vos droits et les obligations du bailleur. Face à l’urgence de la situation, votre réflexe est de vous adresser aux personnes compétentes, vous allez donc en mairie rencontrer l’adjointe au logement pour obtenir une aide, un soutien, une écoute, un accompagnement. Celle-ci est censée vous aider ou vous orienter si les réponses ou les solutions lui manquent. Enfin, c’est que l’on pourrait croire….

Eh bien non ! C’est ce qui est arrivé à une famille nombreuse dont le quotidien a été totalement bouleversé par son propriétaire peu scrupuleux. En effet, ce dernier les a sommés de quitter le logement et ce dans un délai d’un mois. Cette famille se retrouve donc en détresse, ne sachant pas où elle va pouvoir loger avec ses enfants : ces parents, complètement désemparés, se sont donc empressés de prendre rendez-vous avec l’adjointe au logement.

Aucune empathie !

Cette famille expose sa situation d’urgence : obligation de quitter le logement, impossibilité de trouver une nouvelle maison dans un délai aussi court, pression du propriétaire…

Ce sont des parents angoissés et paniqués qui rencontre l’élu au logement. Devinez la réponse obtenue ? Et bien, tout ce qui a été proposé à cette famille, c’est que la maman aille en foyer avec ses enfants sans son mari. En cas de refus par les parents, les enfants risquaient d’être placés !

Selon ces parents, le sort s’acharnait contre eux. Un coup de massue qui a plongé la maman dans une grande détresse effrayée à l’idée que quelqu’un vienne lui arracher ces enfants.

Ils ont été orientés vers une association de médiation familiale dans le cadre d’une permanence d’accès au droit. Après les avoir accueillis, écoutés et accompagnés, une solution leur a été proposée au regard de la législation en vigueur.

Aujourd’hui, cette famille est toujours dans son logement, apaisée et sereine.

Le rôle d’un ou d’une élu(e) est d’accompagner, d’écouter, de soutenir, il n’est ni d’accabler ni de juger. Pour cela, encore faut-il en avoir les compétences !

Yasmina Chigri, pour le groupe En Avant Halluin

Le conseil municipal du 20 septembre 2016 en 10 points

 

Un conseil municipal de 11 délibérations a eu lieu mardi dernier, nous revenons sur les points marquants des débats.

  • Décision modificative : Nous nous sommes abstenus sur ces modifications dans la mesure où nous avions voté contre le Budget présenté par la majorité au mois de mars.

  • Subvention de l’Etat au titre de la dotation : Nous avons voté pour cette demande de subvention qui se base sur l’accessibilité des personnes handicapés et dont Halluin pourrait bénéficier. Nous nous sommes toutefois étonnés des priorités dans le domaine de l’accessibilité que la majorité soutient et avons regretté le manque de concertation toutefois avec la commission du même nom.

  • Les débats ont porté sur les travaux dans les écoles. Enfermés dans leur posture de déresponsabilisation et leur inertie, la majorité municipale et notamment l’adjoint à la ruralité et l’agriculture ont même déclaré que rien n’avait été fait dans ce domaine et dans les écoles pendant les 25 ans, avant leur arrivée aux responsabilités. Une stratégie destinée, après plus de deux ans d’inefficacité et de temps perdu dans de nombreux dossiers, à cacher leur absence de travail pour les Halluinois.

  • Très Haut débit Internet : Après nous avoir rabâché qu’ils travaillaient sans relâche sur cette question importante, le maire a annoncé que le projet de déploiement de la fibre optique avec SFR était finalement abandonné…Halluin se retrouve donc une nouvelle fois au point mort sur ce dossier. Le maire a promis mardi soir que tous les Halluinois seraient connectés pour 2018…Cela semblait pourtant si facile auparavant…

  • Front de Lys : Avec une mauvaise foi sidérante, le maire essaie de récupérer un dossier initié de longue date en déclarant que rien n’avait été fait (là non plus !) avant son arrivée. Cette posture de « l’Homme providentiel » pourrait prêter à sourire, si l’évolution économique de la ville et donc de l’emploi n’était en jeu sur le territoire de la commune. Pendant ce temps là, autour d’Halluin, on voit des zones d’activité sortir de terre….et Halluin rester à la traîne.

  • Plan local d’Urbanisme de la MEL : Le groupe « En avant Halluin » a regretté les propositions du groupe majoritaire qui traduit le manque de projet et de vision globale pour la ville. Un texte fade avec de nombreuses répétitions pour cacher le manque d’ambition de la commune. De notre côté nous avons fait pas moins de 26 propositions…soit 6 fois plus que la majorité ! Le maire a promis d’intégrer certaines de nos propositions dans son texte que nous enverrons, de fait, à la MEL.

  • Nous avons regretté avec force l’arrêt de l’extension de la zone d’activité de « La Cavale rouge » pour faire venir des entreprises et donc de l’emploi sur Halluin.

  • Nous avons affirmé notre opposition sur les constructions de hameaux sur les zones agricoles et refusé la construction d’habitats pavillonnaires dans cette forte période de demande de logements par les Halluinois.

  • Nous avons refusé la vente d’un immeuble au 33 rue Berlioz estimant que la vente de cette maison entrait dans le projet global de la vente d’une partie du site scolaire Anne Frank / Jean Moulin. Le maire et ses deux adjoints en charge du dossier auraient pu garder cette maison pour y installer la crèche qu’ils souhaitent mettre sur les espaces verts de l’école…

  • Nous avons voté contre la dissolution d’Euralys, après 17 ans d’existence, le maire d’Halluin et ses élus auront réussi à signer l’arrêt de mort du syndicat intercommunal en l’espace d’un peu plus de deux ans…il est plus facile de détruire que de construire.

 

Conseil municipal du 28 juin 2016 en 10 points

Rapport de dotation de solidarité urbaine : Notre groupe a voté en faveur de ce rapport constatant que 80 % des actions présentées étaient mises en place avant l’arrivée du maire et de ses élus. Une preuve de plus de leur inaction.

Sécurité : Lors du vote de ce rapport quelle surprise de constater que le maire et ses amis semblaient méconnaître le nombre de caméras de vidéo protection sur la commune ! Notre groupe a donc appris au premier magistrat que le nombre exact de caméras est de 32 et non 24 comme inscrit dans sa délibération. Quelle ironie quand on sait que la majorité avait fait de la sécurité son cheval de bataille pendant la campagne municipale.

Réserve parlementaire : Nous avons voté la demande de subvention auprès du député de la Xème circonscription pour que soient effectués les travaux sur le « City Stade » situé dans le quartier du Colbras. Quartier qui nécessite toute l’attention de la municipalité et exige de maintenir les efforts portés par le groupe citoyen « Collectif Paix Social ».

Crèche familiale : Notre groupe a voté contre le nouveau contrat proposé aux assistantes maternelles. En plus des baisses de salaire annoncées, nous regrettons d’avoir découvert par la presse les « menaces », « pressions », « intimidations » dont elles disent avoir fait l’objet. Devant des simulations salariales incompréhensibles pour beaucoup, nous avons fait une proposition d’ajout d’article pour mettre en place une clause de sauvegarde sur les revenus des assistantes maternelles. Fermés à toute discussion, le maire et sa majorité ont refusé cette proposition.

Insertion par le sport : Encore une action reprise de l’ancienne majorité ! Nous avons donc voté « pour ». Il a fallu 2 ans de réflexion pour réactiver cette action qui est désormais action restrictive. Nous avons donc émis une réserve sur le fait que seuls « les mineurs » des familles aidées par le CCAS soient concernés par ce dispositif.

Permis de conduire citoyen : Notre groupe a toujours soutenu les propositions en faveur des jeunes, nous avons donc voté pour cette délibération. Nous avons toutefois demandé à ce qu’un bilan soit effectué reprenant les refus afin d’apprécier l’absence de parti-pris par la majorité dans la mise en œuvre de ce dispositif.

Dérogation à la règle dominicale pour les commerces de détail : Notre groupe s’est abstenu sur cette délibération car nous avons constaté qu’aucun de nos commerçants n’avait été contacté à ce sujet. Nous pensons que cette mesure profitera surtout aux grandes enseignes.

Ferme du Mont Saint Jean « Tarifs 2017 » : La majorité a choisi d’appliquer une augmentation de 2% alors que le taux d’inflation est nul. Nous avons donc voter contre la hausse de ces tarifs comme pour toutes les hausses décidées par le maire et son équipe et qui baissent le pouvoir d’achat en matière de service public.

Vente d’un des terrains du site « Les Abattoirs » : Comme en décembre dernier, notre groupe a voté contre cette délibération car nous estimons que la majorité continue de dilapider le patrimoine communal.

Retrait d’Halluin du syndicat intercommunal « Euralys » : Nous avons voté contre cette sortie, car nous estimons que cela constitue deux erreurs et une faute politique. La première erreur est financière car cela nous prive de certains partenaires pour des recherches de mutualisation. La seconde erreur est que la sortie d’Euralys va priver les halluinois de certains services publics uniquement pour des considérations budgétaires. La faute politique est celle d’isoler encore un peu plus Halluin au milieu de communes qui, elles, parviennent à travailler ensemble.

Le droit à l’information face à une stratégie politique…

Depuis plus d’un an, la majorité municipale a décidé de refondre le site internet de la Ville. Certes, quelques nouvelles rubriques sont apparues, mais d’autres ont disparu, à commencer par celle concernant les délibérations adoptées lors d’anciens conseils municipaux.

Voilà qui est surprenant car nombre de ces délibérations prises avant l’arrivée de cette majorité sont encore effectives aujourd’hui !
Et puis, n’est-il pas normal que les administrés, les citoyens, continuent à avoir accès aux décisions qui les concernent ?

Il y a quelques mois déjà, j’avais contacté le cabinet du maire pour l’interroger sur la disparition de cette rubrique. Il m’a été répondu que cela était sujet à débat.
Il était alors question de remplacer ces délibérations par un « compte rendu » des conseils municipaux.
Il m’a aussi été répondu que les conseils municipaux étant filmés, cela constituait une source d’informations…

Bien sûr, ces réponses sont largement insuffisantes :

Tout d’abord, il est clair que des comptes-rendus de conseils municipaux, émaillés d’argumentaires politiques, cela représente une démarche incohérente avec la neutralité d’un acte administratif.

Ensuite, je plains par avance les téléspectateurs halluinois et halluinoises qui vont devoir endurer les monologues interminables de certains élus de la majorité lors des conseils municipaux qui durent plus de 4 heures pour avoir simplement accès à une information !
Surtout, quid de toutes les décisions prises avant « Halluin TV » et les conseils municipaux filmés ? Le maire compte t’il aussi demander aux agents de rédiger des comptes-rendus de conseils municipaux datant de M. Faidherbe en tant que maire avec, par exemple, des décisions prises en 1997 ? Ce n’est pas sérieux…

Plus de 6 mois après cette réponse décalée du cabinet du maire, rien n’a avancé (là non plus !).

On peut clairement se poser la question de la finalité de tout cela. Le maire, dans ses discours, n’a cessé de donner des leçons de « transparence » au début de son mandat…Qu’il remette donc à disposition ces délibérations pour que, par exemple, les associations « apprécient » les évolutions de leurs subventions sur plusieurs années ! Pour que les Halluinois puissent savoir depuis quand le travail sur le Front de Lys ou celui sur le très Haut débit ont été lancés !
Tout cela ne se résume-t-il pas, pour la majorité actuelle, à une stratégie de récupération du travail fait bien avant son arrivée, comme par exemple sur la bibliothèque, le cinéma, la crèche multi accueil, les caméras de vidéosurveillance ?

Bien évidemment, cette stratégie lui permet aussi de continuer à cacher son inactivité flagrante…mais jusqu’à quand ?

Laurent Caure

Halluin quitte Euralys : la double erreur de G.Dassonville et l’aveu d’une absence de projet

Nous apprenons qu’Halluin a décidé de quitter Euralys. Cette décision unilatérale du maire d’Halluin qui se qualifie lui même « d’égoïste » constitue une double erreur et un aveu.

Une erreur de stratégie politique puisqu’elle traduit encore un peu plus l’isolement dont Halluin fait preuve depuis l’arrivée de cette nouvelle majorité et de ce maire.
Avec Euralys, il y avait la possibilité de faire en sorte que le territoire « Vallée de la Lys » pèse davantage et fasse entendre sa voix sur certains projets Métropolitains et l’apport d’investissements et d’investisseurs.
La pertinence de ce territoire se trouve être géographique avec une frontière naturelle avec la Belgique mais se trouve aussi dans un patrimoine historique commun hérité de notre passé industriel et notamment textile.
Cette vision, G.Dassonville a décidé de la rayer d’un trait car lui, qui ne semble voir qu’ à court terme, est manifestement incapable de comprendre qu’un tel projet de territoire ne peut se construire que dans le temps…

Le pire, c’est qu’on remarquera aussi que les « dernières » ambitions électorales du maire d’Halluin (qui était prêt à quitter Halluin pour se présenter à la députation ) ont montré les relations tendues qu’il avait avec les maires de Tourcoing et Roncq. Ces deux Villes qui poursuivent leur projet de mutualisation avec Neuville-en-Ferrain….en laissant Halluin sur le banc de touche.

Et c’est là que se trouve la deuxième erreur de stratégie qui est, elle, financière. A l’heure où des économies sont nécessaires dans toutes les villes de France, un des leviers d’action consiste notamment à mutualiser certains services et toutes les possibilités devraient être étudiées. Au moment, où G.Dassonville réalise que ses promesses sur la sécurité étaient plus faciles à annoncer qu’à mettre en œuvre, il aurait été intéressant par exemple de creuser l’idée d’une police intercommunale, le long de la frontière Belge. Le maire d’Halluin vient de fermer la porte à cette éventualité.

Enfin, cela traduit le manque certain de projet de la part du maire d’Halluin. Euralys est une idée qui doit encore se développer, il faut en convenir.
Il y avait, dès lors deux manières de prendre les choses. Soit imposer, de par sa taille et sa participation financière, la Ville d’Halluin comme « moteur » d’Euralys avec des projets structurants sur son territoire, avec des projets culturels et sportifs dont les Halluinois auraient bénéficié au même titre que les habitants des autres Villes, soit quitter Euralys de manière brutale.

G .Dassonville a choisi la deuxième option…oui très égoïstement.

Laurent Caure

« C’est pas moi, M’sieur… »

Cette phrase si souvent entendue dans les cours de récréation sert à dédouaner un enfant de ses responsabilités.

Tel un leitmotiv dans les histoires du « Petit Nicolas », cela prête à sourire car elle est alors prononcée avec naïveté…. Cela devient plus inquiétant quand elle est prononcée par des adultes et en particulier par des élus.

La majorité municipale a été élue, il y a un peu plus de deux ans. Deux ans « seulement » pour les agents de la ville et les assistant(e)s maternel(le)s, « deux ans seulement » pour les responsables associatifs, deux ans « seulement » pour de nombreux Halluinois qui ont perdu toute forme d’illusion sur les promesses de campagne qui ne seront pas mises en œuvre.

Nous apprenons que la majorité doit prévoir des travaux sur le site rue des Prés pour accueillir les services techniques municipaux….et qu’elle est surprise par ces dépenses supplémentaires (200 000 à 300 000 €)

Pourtant, depuis les élections de 2014 plusieurs délibérations ont été passées sur ce site. Pourtant, la municipalité n’a pas hésité à stopper, dès son arrivée, des projets comme celui d’une Maison de la santé ou du déménagement du CCAS. Alors, c’est bien la décision de la majorité de maintenir le projet dit « Néolog », et on l’imaginait, en toute connaissance de cause.

Le mode de défense est bien sûr toujours le même : « C’est pas moi, M’sieur….., c’est la faute de l’ancien maire »

Voilà, ici à Halluin, le spectacle désolant auquel nous assistons depuis 26 mois et manifestement les élus de la majorité ne semblent pas avoir compris que plus personne ne donne du crédit à leurs excuses.

Rappelons aussi que ces donneurs de leçons sur les économies à faire ont vendu en deux ans « Vieil Hesdin »,  les « Abattoirs » (à ce propos, où donc iront les musiciens de la MJC, dont l’adjointe en charge de ce dossier a annoncé lors de l’assemblée générale de la MJC qu’ils iraient sur ce site ?) ou qui veulent vendre une partie d’une cour d’école pour ne pas augmenter les impôts ! Ces ventes auront donc pour objet de masquer leur incurie sur le dossier Néolog et elles ne feront finalement faire aucune économie à notre Ville….

Laurent Caure, pour le groupe En Avant Halluin

 

Quel coût, et surtout pour quelle utilité ?

Dans le magazine municipal de septembre 2015, le maire s’est empressé d’annoncer dans «  les chantiers 2015  » que des travaux étaient programmés pour la clôture du stade Wancquet, avenue du stade.

Cela nous avait été présenté comme un moyen de retrouver un «  trottoir convenable  » avait même expliqué l’adjoint à l’urbanisme.

Reconnaissons tout d’abord qu’effectivement, le problème de stationnement dans cette avenue n’est pas récent, et que des travaux de voirie étaient sans aucun doute nécessaires. Notre groupe avait d’ailleurs un projet sur ce lieu qui avait, en même temps, pour objet de valoriser l’ensemble des sports pratiqués dans notre ville.

Les travaux décidés par la majorité ont eu lieu, avec un peu de retard (moins que le démantèlement des éoliennes certes…), mais ceux-ci ont été finalement effectués.

Malheureusement, il faut reconnaître que le résultat est bien décevant.

Il est, en effet, difficile de percevoir en quoi les travaux ont fait gagner en sécurité pour les piétons sur le trottoir. Bien compliqué aussi d’apprécier en quoi ces travaux ont été utiles par rapport au stationnement des voitures… en réalité à part gagner en “propreté” sur le site et à préférer un mur «  minéral  » plutôt que  «  végétal  »…on se demande bien à quoi cela a pu servir.

Nombre de riverains ou d’usagers des équipements sportifs s’interrogent d’ailleurs sur l’utilité de tels travaux.

Nous n’en connaissons pas le coût exact mais on imagine que cela n’est pas neutre financièrement pour la Ville. D’après mes estimations, cela aura coûté au moins 50 000 € ce qui est bien moins neutre que certaines baisses de subventions, que le coût d’un verre de l’amitié à la fin d’une cérémonie patriotique, que celui de la cérémonie pour les anciens maires de la Ville…..ou encore que le coût du chocolat chaud pour nos écoliers au moment des fêtes de fin d’année…

Décidément, le maire et ses élus font bien des économies sur des choix qui leur sont propres  !

Laurent Caure, pour le groupe En Avant Halluin

Quel « Silence ! » de la majorité….

Souvenons-nous. C’était lors du conseil municipal du 22 septembre 2015. Le maire, son adjoint à l’urbanisme et les élus de la majorité ont proposé une délibération qui avait pour objet un agenda de mise en accessibilité des bâtiments municipaux pour les personnes en situation de handicap : « AD’AP » (agenda d’accessibilité programmée).

Très sensibles à cette question, nous avions alors réagi pour dire que ce programme ne nous paraissait pas conforme aux exigences de la loi.

Notre intervention avait porté sur trois points :

- le manque de concertation et surtout l’absence de la mise en place réelle d’une commission « accessibilité ».
- l’absence de prise en compte de tous les types de handicaps : moteur, sensoriel, psychique, mental, les maladies invalidantes.
- la non-conformité du financement du projet. En effet, la majorité a établi ce projet sur 9 ans, un délai valable pour les villes détenant plus de 50 bâtiments municipaux….alors qu’Halluin n’en compte que 33. Halluin n’avait alors qu’un délai de 3 ans pour mener à bien son « Ad’Ap ». Nous avions bien compris qu’il s’agissait surtout pour le maire de reporter, sur les autres mandats, le travail qui devrait être le sien (seuls 37,5 % des investissements sont programmés jusqu’à la fin de son mandat en 2020, et seulement 8,5 % dans les trois premières années !) .

L’adjoint à l’urbanisme et le maire, avec un mépris non dissimulé, nous avaient alors répondu à coups de « Silence ! » et « Polémiques inutiles ».
Ils nous avaient même assuré avoir demandé à la préfecture une dérogation quant aux délais de l’AD’AP… Pour tout dire, cette réponse nous a paru pour le moins improvisée mais nous étions bien forcés de l’accepter.

En février, lors du débat d’orientations budgétaires, j’avais interpellé le maire pour savoir où en était la réponse de la préfecture, importante pour construire le budget de la Ville. Le maire avait répondu qu’il attendait toujours cette réponse…

Depuis, toujours aucune nouvelle et le doute persiste, l’AD’AP a t’il finalement été validé par la préfecture en l’état ? Cela est d’autant plus important que la majorité a, depuis, voté le budget 2016 sans inscrire de dépenses supplémentaires sur ce poste.
S’il s’avère que le préfet a retoqué la délibération du conseil municipal, le maire aura à revoir celle-ci dans les 3 mois. Nous constatons qu’aucune nouvelle délibération n’a été présentée au conseil municipal depuis…

A travers cette programmation de mise en accessibilité, il s’agit surtout d’apprécier la place que la majorité choisit de donner aux personnes en situation de handicap dans notre ville.

A un moment donné, la majorité devrait arrêter de faire de la com’ à tout va et se recentrer sur les dossiers importants : ceux qui intéressent les Halluinois…..sans exclusion.

Laurent Caure, pour le groupe En Avant Halluin

Divertissement…et diversion !

Ca y est ! « L’événement le plus important de l’année dans la Ville » (pour reprendre les propos du maire) est terminé. Le concours « Miss Halluin 2016 » a eu lieu samedi dernier et à en croire la presse, le public a répondu présent.

Je ne souhaitais pas, par respect pour les candidates et le public, transformer cette soirée en débat politique avant l’heure.
Le Maire a eu, lui, moins de scrupules en transformant l’édito du magazine municipal en tribune politique où il prétend « tirer Halluin vers le haut » avec cet événement.

La salle du Manège s’est donc manifestement remplie sur le tard, ce qui a dû causer quelques frayeurs au maire pour savoir si, au moins en coûts financiers directs, la Ville allait s’y retrouver.
Car à force d’être questionné par les journalistes, le maire a bien été obligé de reconnaître que la Ville avait bel et bien, en coûts indirects, financé cette soirée : affiches, tracts, magazine municipal, tickets, mise à disposition de la salle et bien sûr travail des agents de la Ville qui ont, sans doute, connu un week-end bien chargé !
Il faut savoir que les associations reçoivent une évaluation des moyens mis à leur disposition par la Ville au moment de la demande de subvention, il peut donc en être de même dans le cas présent : l’ensemble des prestations municipales lors de cette soirée est chiffrable, il serait intéressant de savoir combien cela a coûté.

Concernant cette élection de miss, nous pouvons aussi nous interroger sur l’étonnant déploiement d’énergie auquel nous avons assisté depuis quelques mois de la part du maire. Depuis deux ans, il m’est arrivé très souvent de voir la salle du manège remplie pour des événements festifs, de danse, de musique sans qu’une telle mobilisation et de tels moyens de communication n’aient été mis à disposition….et surtout sans que le maire ne soit si particulièrement investi à titre personnel ! Ni même qu’il soit dans la salle !
Et voilà qu’on constate, nombre d’articles de presse à l’appui, que cet homme, d’habitude si occupé qu’il ne peut même pas recevoir les Halluinois, réussit à dégager beaucoup, beaucoup de temps pour ce concours. Mystères de son emploi du temps…

Enfin, je ne peux que m’interroger sur l’objectif politique (car avec M.Dassonville tout est politique, même une jument !) de cette soirée. J’en suis arrivé à la conclusion que le but était, longtemps avant, pendant et sans doute longtemps après ce concours, de faire diversion sur d’autres sujets : entre autres, une cour d’école publique où on veut construire des maisons, des travaux qui n’avancent pas sur le site Néolog, la question de la sécurité toujours très difficile dans certains quartiers.

Je ne suis pas sûr que les Halluinois soient dupes de cette diversion, car la débauche d’énergie autour de cette soirée n’aura en rien amélioré le quotidien de nos concitoyens.

Laurent Caure, pour le groupe En Avant Halluin

Les terroristes ont-ils gagné ?

L’année 2015 aura été marquée par les attentats contre Charlie Hebdo puis par ceux de Paris. En avril 2016, ce sont nos amis Belges qui ont été frappés de plein fouet par la folie meurtrière des terroristes lors des attentats de Bruxelles.

Après chacun de ces actes atroces, des moments de recueillement ont été organisés. Il y en a eu deux  à Halluin après les attentats en France. J’y étais.

Lors de ces moments forts, des messages de compassion et de soutien ont été adressés aux familles des victimes, aux blessés, mais aussi à ceux qui ont été marqués à vie par le traumatisme subi, des paroles fortes ont été prononcées.

« Nous le laisserons pas les terroristes nous imposer leur mode de vie, leur obscurantisme»

« Nous ne nous laisserons pas faire et allons poursuivre nos vies pour résister à la peur que ceux-ci tentent d’imposer »

Aujourd’hui, j’apprends que des écoles envisagent d’annuler purement et simplement leurs fêtes de fin d’année.

Si c’était le cas, ce serait sans aucun doute une défaite face à ceux contre qui nous avions promis de nous battre.

Est-il utile de rappeler que les fêtes d’écoles restent un moyen de faire venir certains parents dans une enceinte scolaire ? Est-il utile de rappeler que cela permet l’accomplissement d’un travail pédagogique  qui a duré parfois toute une année ? Est-il utile de rappeler, surtout, que ce sont des souvenirs formidables que les enfants garderont toute leur vie ?

Bien sûr que le risque est toujours présent. Mais qui peut dire qu’il n’en sera pas de même dans un an ou dans les années suivantes ? Sommes-nous en train de décider que les terroristes avec leur vision moyenâgeuse du Monde vont empêcher nos enfants de vivre normalement ?

Bien sûr que des précautions sont à prendre dans cette période si difficile et pourtant si importante car elle s’inscrit dans le cadre d’une unité nationale.

« Filtrage à l’entrée », « zone sécurisée »….beaucoup de mesures peuvent et doivent être mises en place.

Ce n’est pas le rôle des enseignants qui ont déjà assez de choses à faire ces jours-là. Ce n’est pas non plus le rôle des parents de se mettre en situation difficile à l’égard d’autres familles…

Les pouvoirs publics ne doivent pas, ne peuvent pas, se dispenser de leurs responsabilités.

C’est par un travail étroit entre la ville, l’Éducation nationale et les services de police que  tout doit être fait pour que ces fêtes aient lieu dans des conditions de sécurité optimales car il s’agit surtout de ne pas capituler devant la barbarie.

Maintenir une fête d’école, c’est aussi une forme de résistance.

Laurent Caure, pour le groupe En Avant Halluin